LUCIEN TENDRET : LA TABLE AU PAYS DE BRILLAT-SAVARIN (1892) (36). Partie 2/2." /> LES AMERICAINS N’ONT PAS « LA FRITE » " />

LUCIEN TENDRET : LA TABLE AU PAYS DE BRILLAT-SAVARIN (1892) (36). Partie 2/2.

| Page d'accueil |

LES AMERICAINS N’ONT PAS « LA FRITE »

»

01/09/2006

ETES-VOUS FASTFOODOMANE ?

Caesar Barber, un diabétique de 56 ans, victime de deux infarctus après des années de fast-food, l’affirme. Tout au moins ses avocats, dans le procès qui l’a opposé en 2003 à McDo, Burger King et autres géants du prêt-à-manger. Il est vrai que les scientifiques ont prouvé que les sur-consommateurs de hamburger-frites ne sont pas totalement responsables de leur manque de volonté. L’excès d’aliments gras et sucrés perturbe, en effet, les signaux hormonaux, qui normalement commandent d’arrêter de manger.

Le plus connu est celui de la leptine, hormone sécrétée par le tissu adipeux pour indiquer l’état des réserves. Plus un individu prend de poids, plus sa production de leptine augmente, mais plus son cerveau y est insensible. Il finit par interpréter ce haut niveau de leptine comme normal et une baisse comme un manque de nourriture. D’après les travaux du physiologiste Luciano Rossetti (New York), un seul repas trop gras suffit à perturber le système, heureusement de façon réversible.

L’alimentation grasse déréglerait d’autres processus contrôlant la prise de nourriture et pourrait même, selon certains scientifiques, détourner les circuits cérébraux de la récompense et de la motivation (qui fonctionnent par production d’opioïdes naturels et de dopamine). Il se créerait ainsi une dépendance à la nourriture grasse comparable à celle à l’héroïne.

L’hypothèse n’est pas prouvée mais si vous redoutez de devenir fastfoodomane, contentez-vous de hamburgers basiques, sans frites, soda ou milk-shake. A défaut d’être un fleuron de la gastronomie, le hamburger est satisfaisant pour les nutritionnistes, surtout s’il est accompagné de salade et de jus de fruit. Même les adolescents au régime ont droit à ce plaisir, de temps en temps.

McDONALD BIO…GRAPHIE
Les frères Richard et Maurice McDonald, manutentionnaires à Hollywood puis propriétaires d’un cinéma qui fit faillite, ouvrirent, en 1940, à San Bernardino (Californie), un drive in (restaurant bon marché où les clients sont servis dans leur voiture).
En 1948, malgré le succès, ils ne servent plus que les produits préférés des clients : hamburger à 15 cents, chips, gâteau, café, lait et soda, le tout dans une vaisselle en carton. Bingo ! En inventant le fast-food, ils attireront une clientèle familiale croissante : aujourd’hui jusqu’à 47 millions de clients par jour mangent dans 31.129 McDo.

Le goût est mondialisé par la « glocalisation » : penser global et agir local. Si McDonald’s adopte une approche mondiale, la marque s’adapte aux goûts locaux, tels que le McMaharaja (viande d’agneau) à New Delhi ou le McSpaghetti à Djakarta, et aux coutumes. Ainsi le McDo de Riyad (Arabie saoudite) offre une section « familles » réservée aux femmes.

15:11 Écrit par Maugus | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mcdonald, infos, actualite, maugus, resto, restos |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.