SORTIE A LA CAMPAGNE EN RUSSIE" /> ESCAPADE GOURMANDE A LYON" />

SORTIE A LA CAMPAGNE EN RUSSIE

| Page d'accueil |

ESCAPADE GOURMANDE A LYON

»

04/07/2006

HAUT LIEU DE LA GASTRONOMIE : LAS VEGAS !

Joël Robuchon a choisi Las Vegas pour revenir à la haute cuisine et Guy Savoy vient d'y ouvrir son nouveau restaurant.
Le paradis des machines à sous plus connu pour ses buffets bon marché offerts par les casinos, aimante en ce moment la planète gastronomique : les chefs les plus renommés s'y installent.
Joël Robuchon a créé l'évènement en prenant les rênes d'une petite salle aux lignes modernes de 54 couverts à l'Hôtel MGM Grand.
Il a été suivi ce printemps par Guy Savoy, dont le premier restaurant américain a ouvert au Ceasars Palace, géré par son fils Frank dans un décor signé de l'architecte français Jean-Michel Wilmotte. Déjà, Alain Ducasse les avait précédés en implantant " Mix " au sein du gigantesque Mandalay Bay.
Côté chefs américains, le sommet du Venetian cache déjà une brasserie réputée, le " Bouchon " du Californien Thomas Keller alors que le New-yorkais Tom Coicchio a transporté son célèbre " Craft " au milieu des machines à sous du MGM Grand.

" Las Vegas ? Ce n'est pas désagréable d'être ici ! ", dit Joël Robuchon, au milieu d'un immense parterre de machines à sous tintinnabulantes, de joueurs affairés et de touristes en short. Après neuf ans de semi-retraite, celui qui fut surnommé " le cuisinier du siècle " a décidé de retourner à la haute gastronomie dans cette ville où il raconte avoir enfin trouvé la liberté, et les moyens.

A Paris, " j'avais un restaurant trois étoiles, très médiatisé. A un moment je me suis senti coincé, je vivais sur un acquis, je ne pouvais prendre de risques... Aujourd'hui, je veux pouvoir m'exprimer et faire ce dont j'ai envie ".
A l'origine du projet, la capacité de persuasion du patron du MGM Grand, Gamal Aziz. " J'ai eu beaucoup de propositions et à chaque fois on me disait : il faut faire beaucoup de couverts, de l'argent. J'ai dîné avec M.Aziz et pendant tout notre entretien il a parlé qualité, jamais rentabilité ". En contrepartie, le chef s'est engagé à ne faire cette cuisine qu'à Las Vegas.
Joël Robuchon semble encore surpris d'être ici. Avant ce projet qui inclut aussi un restaurant moins formel, L'Atelier, " je n'étais jamais venu à Las Vegas ", dit le chef, souvent entre deux voyages.
Pour Gamal Aziz, l'arrivée du grand chef français à Las Vegas est l'aboutissement d'un rêve personnel. Il est confiant. On sous-estime souvent les consommateurs américains, dit-il: " Ce sont eux qui ont aussi fait la réputation de M.Robuchon . Et ils occupent 60% des sièges de son Atelier à Paris ".

Le restaurant de Las Vegas situé au sein de l'hôtel-casino MGM Grand où Joël Robuchon a signé son retour en haute cuisine est une petite salle de 54 couverts pour des dîners à la carte ou dégustation à 16 plats (295 dollars).
" Je voulais un restaurant petit, cossu, calme... J'ai ouvert le Concorde-Lafayette à Paris à 4.000-5.000 couverts par jour. Je sais où s'arrête mon niveau de qualité ".
Ici se trouvait le lieu de ses rêves : une petite salle aux lignes modernes, faite de marbre noir et de velours violet, ornée d'un somptueux chandelier de cristal.

Dans l'assiette, des classiques Robuchon : purée de pommes de terre, gelée de caviar à la crème de chou-fleur - et le fruit de neuf ans de voyages, aussi bien dans les produits que dans la présentation, cette dernière, minutieuse, étant marquée par une influence japonaise ou même chinoise.
Le chef sera là tous les deux mois. Entre temps, les rênes sont confiées à Claude Le Tohic, ancien de son défunt grand restaurant parisien, entouré de près de 30 cuisiniers et 10 pâtissiers.
Pour l'équipe, le vrai casse-tête semble être les produits. Certains viennent de Californie, comme le veau et les fraises. Mais beaucoup de France, le beurre, la farine pour le pain, les truffes, liste M. Le Tohic. " Paris-Los Angeles-Las Vegas. Le homard breton arrive vivant mais il ne faut pas plus de 12 heures de vol ".
Joël Robuchon se veut rassurant. " Dans un restaurant le plus difficile est la régularité. C'est pour cela que nos recettes sont bien établies. Tout le monde les fait et on ne doit pas voir la différence entre les exécutants. "

Las Vegas " a saisi un changement essentiel dans la culture américaine : les gens veulent se sentir uniques, y compris dans la classe moyenne. Rien n'est assez beau ", explique Hal Rothman, historien à l'Université du Nevada.
La gastronomie fait désormais partie du plaisir. " Et les Américains tentent plus d'expériences en vacances ", relève Clark Wolf, consultant de restaurants. Pour lui, les attentats du 11 septembre 2001 ne sont pas étrangers à l'essor de cet eldorado culinaire.

" Les grands hôtels ont récupéré beaucoup de chefs au chômage après le 11-Septembre. Et puis maintenant les gens préfèrent voyager près de chez eux ", dans ce Vegas transformé en ville-monde avec ses casinos " Luxor ", " New York New York " ou " Paris ".
" Les gens ici sont traités comme nulle part ailleurs ", note Muriel Stevens, chroniqueuse gastronomique du Las Vegas Sun. " Certains ont beaucoup d'argent. Et même ceux qui ne comprennent pas veulent pouvoir dire : j'ai mangé chez Robuchon ", assure-t-elle.

www.mgmgrand.com

13:32 Écrit par Maugus | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : resto world, resto, restos, restos world |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.